CHRISTOPHE CASTANER

Description du débat

Le mardi 6 février 2018, Les Mardis de l’ESSEC reçoivent Christophe Castaner, délégué général de La République En Marche et secrétaire d’État chargé des relations avec le Parlement dans le grand amphithéâtre de l’ESSEC, à Cergy.

Castaner à la tête de LREM : premier coup de poker de Macron ?
Les conseils sexo du couple Macron-Castaner : 49,3 conseils pour une relation en marche ?
Accent du Sud et poker face : Castaner, atout maître de la communication du Président ?
Au commencement la parole ; au dénouement, les actes ?

Pour connaître les réponses à toutes ces questions, venez rencontrer Christophe Castaner dans le grand amphithéâtre de l’ESSEC, mardi 6 février, à 20h.

Débat gratuit et ouvert à tous

L'invité

CASTANER C’est l’homme-clé de la Macronie que les Mardis reçoivent ce soir. S’il a été l’un des premiers à rejoindre le mouvement En marche, mettant ainsi fin à plus de 30 ans de militantisme socialiste, c’est que Christophe Castaner est
avant tout un rebelle. Il claque la porte de chez lui à 17 ans pour vivre la nuit, entre sorties en boite et parties de poker
dans la région de Marseille. Mauvais élève, notre rebelle provençal passe son bac en candidat libre à 20 ans. Pourtant, il montre très tôt une appétence pour la politique. Alors qu’il n’a même pas 18 ans, Christophe Castaner rejoint les clubs Forum des jeunes rocardiens dans la foulée d’un certain Manuel Valls. Tout juste diplômé de la Faculté de droit d’Aix en Provence, il s’envole
pour la direction juridique de la Banque nationale de Paris : le rebelle s’assagit. C’est à Forcalquier que notre invité fait ses
premières armes d’élu politique. Il rafle la mairie en 2001, avant de décrocher la vice-présidence de la région Paca en 2004, puis de remporter un fauteuil à l’Assemblée nationale en 2012. Mais l’ascension de notre personnalité méditerranéenne s’arrête en 2015, lors des élections régionales. Echouant derrière la nièce Le Pen et Estrosi, Christophe Castaner se croit mort politiquement. C’était sans compter son ralliement au futur Président de la République, une rébellion face au PS qui sera récompensée en 2017. Celui qui cultive un aspect « non-politique » avec presque autant de soin que sa barbe de trois jours est ainsi nommé secrétaire
d’Etat chargé des relations avec le Parlement et maintenant délégué général de La République En Marche.

Résumé du débat

Last Tuesday, we had the pleasure to welcome Christophe Castaner, the executive president of La République En Marche and the
Secretary of State for Parliamentary liaison. Smiling and pleasant as usual, he nevertheless answered to questions about very serious subjects such as surrogacy or legal issues with regard to cannabis. In his typical straightforward way of speaking, he affirmed the very clear line of the government as for these two subjects. The answer brought to the second is for him the example of the policy of a government which knows how to prefer pragmatic solutions to dreams and ideals (such as the abandoned airport project in Notre-dame-des-Landes). Mr. Castaner asserted that this will to move beyond formal rights so as
to reach real rights makes a political movement useful: “listen to the French people never hurts”, said he. Christophe Castaner answered to the accusations made by the French press which denounced a lack of democracy in the functioning of La
République En Marche. He was indeed the only candidate for the leadership of the movement and was quickly elected by a show of hands. He retorted that this was due to the novelty of the movement and not to its so-called authoritarian direction.
Between some nostalgic allusions to Forcalquier, the southern city where he began his political life as mayor, he also explained very clearly how his two titles are completely compatible for him. Indeed, as leader of a political movement, he keeps on with his personal convictions and on the other hand, as Secretary of State, he freely assumes a neutral function at the government’s service. Furthermore, he went back on his personal experience of political apprenticeship, in particular on his 300-kilometers march in his first circumscription, when he still was in the Socialist Party. Still considering himself as a leftwing man, he now has to give his vision to the first French political movement.

Christophe Castaner aux Mardis de l'ESSEC le 06 février 2018

« La politique, ce n’est pas être de droite ou de gauche, faire partie d’un parti. »

Christophe Castaner

Délégué général de la République en Marche, Secrétaire d'Etat chargé des relations avec le Parlement

NOS PARTENAIRES

Mazars est une organisation internationale, intégrée et indépendante spécialisée dans l’audit, le conseil ainsi que les services comptables, fiscaux et juridiques. En savoir plus

weave, un cabinet de conseil qui se pose en agitateur depuis 2001. Spécialiste du conseil en stratégie opérationnelle, weave offre un angle de vue décalé à ses clients et préconise des solutions en rupture. En savoir plus

Créée en 1989 par Philippe Journo, la Compagnie de Phalsbourg, promoteur, développeur, constructeur et gestionnaire immobilier, est aujourd’hui un des acteurs majeurs du marché de l’immobilier commercial en France. En savoir plus